JR – L’art de rapprocher

JR – L’art de rapprocher 

L’artiste JR est une source d’inspiration, un véritable humaniste et artiste résolument talentueux et attachant. Attachant par l’art qu’il conçoit, et qui relie les hommes, les femmes, les cultures, les sociétés, les maux et les beautés de notre monde.

Courir le monde et tisser des liens, c’est le cœur de son travail. JR fait en ce moment l’actualité à Paris, avec l’exposition qui lui est consacrée : Momentum, la mécanique de l’épreuve. Ça ne vous aura sans doute pas échappé, puisqu’il s’agit de sa toute première exposition dans une institution française. Ça se passe à la Maison européenne de la photographie, jusqu’au 10 février. L’exposition s’intéresse à la dynamique de JR, qui le conduit à intervenir dans une ville ou une communauté pour en proposer un nouveau visage et modifier la perception que l’on aurait déjà.

JR s’invite partout. Il n’y a pas de limite ni de frontière dans son travail, et c’est là qu’il en inspire plus d’un. Momentum : la mécanique de l’épreuve révèle la partie immergée de son travail. Et quel travail ! On ne va pas vous refaire l’histoire de JR, mais quand même. Depuis ses débuts avec ses “Expos 2 Rue”, JR fascine.

Artiste engagé

Audacieux, décomplexé, parfois dérangeant, attachant, JR a d’abord suivi le mouvement des rues avec le graff. Puis il est devenu photographe, après avoir trouvé son tout première appareil photo – un argentique –  dans le métro. Il photographiait les graffeurs en action, sur les toits parisiens, le métro ou dans la rue.  Des clichés qu’il va exposer en pleine rue, avec comme nom de projet « Expo 2 rue ».

Dans “Portrait d’une Génération”, JR tirait le portrait des jeunes, habitants, de la cité des Bosquet à Clichy Montfermeil et de la cité de la Forestière à Clichy-sous-Bois. C’était en 2004. Deux ans plus tard, avec la collaboration du réalisateur Ladj Ly, il réalise des portraits de ces jeunes, dans ces deux quartiers, épicentres des émeutes survenues à l’automne 2005.

Il fait poser les jeunes en leur demandant de se caricaturer. Il photographie les visages avec un 28 mm – un grand angle – et les prend de très près. Le résultat : des visages en gros plan,  et des grimaces pour moquer la peur qu’ils inspirent. Et c’est à partir de là que l’on pourra clairement qualifier JR d’artiste engagé. Engagé auprès des Hommes. La suite vous la connaissez sans doute. Ses photos, son travail s’exposent partout dans le monde, qu’on le veuille ou non. Il prend pleinement possession de la rue, de nos villes et notre champs de vision. Nous lie les uns aux autres, investit la mémoire des lieux pour faire apparaitre d’autres sujets oubliés.

JR c’est LE photographe qui expose en format géant et offre, de fait, une visibilité planétaire à chaque sujet, village ou quartier qu’il photographie. Les photos de JR ne sont, en plus de ça, jamais étrangères aux lieux dans lesquelles elles apparaissent.

Regards Périphériques 

De nouveau, il est une source d’inspiration pour ce qu’il réalise, imagine et conçoit en tant qu’artiste. Il est une source d’inspiration pour ce qu’il bouscule et interroge : notre société. Nous.

JR est inspirant pour ce qu’il réussit à créer chez chacun d’entre nous, à la seule vue de son travail : l’admiration et la contemplation. 

Notre projet artistique Regards Périphériques ne sort pas de nulle part. JR a essaimé sa vision même à Sarcelles, là où nous avons commencé ce projet artistique. Laisser se raconter la banlieue par la seule voix de ses habitants et de son architecture, c’est le point départ de Regards Périphériques. L’inspiration nous vient des habitants eux-mêmes, des façades et barres d’immeubles, des infrastructures, aussi bien culturelles que sociales ou sportives. Le projet est globale et a vocation à parler à tous. L’art est universel. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Partager

Copy Link to Clipboard

Copier